Les Echos Entrepreneurs - VIAGIMMO - Notre expertise, votre sérénité, Vente à terme - Viager libre - Viager occupé - gestion viagère

Les Echos Entrepreneurs

Les Echos Entrepreneurs

Devenir franchiseur : la force du réseau pour grandir plus vite

S’appuyer sur des franchisés pour développer sa marque, un choix stratégique qui séduit beaucoup d’entrepreneurs. En 2018, il existait 2.004 réseaux de franchise en France, un record encore jamais atteint. La formule a de quoi séduire, à condition d’en connaître et maîtriser les risques.

Dans le monde du commerce et des services, un entrepreneur qui rencontre du succès avec sa marque peut devenir franchiseur afin d‘ouvrir plus vite de nouveaux points de vente et à moindres frais, puisqu’il s’appuiera sur un réseau d’entrepreneurs. « Inaugurer un restaurant, par exemple, cela coûte cher, rappelle Laurent Delafontaine, consultant en franchise et fondateur d’Axe Réseaux. Il faut trouver le bon emplacement, financer le mobilier, le matériel, les stocks, le personnel, etc. Avec le système de la franchise, le franchiséréalise tous ces investissements en lieu et place du franchiseur. »

Augmenter rapidement la taille de son réseau et son maillage territorial permet, par la même occasion, de mieux négocier les achats auprès des fournisseurs et de gagner en visibilité. « Seul, un entrepreneur met plus de temps à se faire connaître que s’il s’appuie sur un réseau de franchisés », ajoute le consultant.

Partager sa réussite avec des entrepreneurs

La franchise, c’est aussi l’occasion pour le créateur d’un concept qui a fait ses preuves d’offrir à d’autres entrepreneurs l’opportunité d’en faire de même en le dupliquant. En contrepartie, ces chefs d’entreprise indépendants s’investissent dans leur société, ce qui bénéficie à la tête de réseau non seulement en termes d’image, car les franchisésdeviennent ambassadeurs du réseau, mais aussi d’un point de vue financier. Le franchiseur reçoit, en effet, des redevances calculées en pourcentage du chiffre d’affaires réalisé. Elles varient de 0 à 15 % selon les réseaux mais se situent généralement autour de 5 à 10 %.

Ancienne juriste ayant ouvert en 2012 son agence immobilière spécialisée dans le viager, Sophie Richard a choisi de proposer son concept Viagimmo en  licence de marque en 2017 . « Je fais confiance à l’esprit d’entreprendre, assure-t-elle. Se développer uniquement en propre et confier la direction d’agences à des salariés n’aurait pas été, à mon sens, une façon optimale de développer le réseau. Quand on travaille pour soi, on s’investit pleinement ! C’est pourquoi je préfère que des entrepreneurs s’approprient la marque pour la développer. »

97 % des 240 points de vente de l’enseigne de terminaux de cuisson La Mie Câline sont en franchise. – Arnaud Reichert / la Mie Câline

Chez La Mie Câline, aussi, l’entrepreneuriat en réseau est privilégié au développement en propre. 97 % des 240 points de vente de cette enseigne de terminaux de cuisson (boulangerie, pâtisserie, restauration rapide) sont en franchise. « Bien sûr, le levier financier compte. Mais surtout, on embarque des entrepreneurs impliqués avec nous, en instaurant une relation gagnant-gagnant basée sur la confiance », déclare son directeur général, David Giraudeau.

Une stratégie qui se prépare

Le revers de la médaille, c’est que le franchiseur ne doit jamais oublier qu’il a affaire non pas à des salariés mais à des chefs d’entreprise indépendants juridiquement. « En termes de management, cela n’a rien à voir, prévient David Giraudeau. Dans un réseau de franchise, le management est transversal : le franchiseur doit accompagner les franchisés pour devenir des entrepreneurs accomplis sans pour autant se montrer dirigiste. » La pédagogie et la communication sont donc fondamentales !

« Tout le monde ne peut pas devenir franchiseur. Il s’agit d’un métier à part, il faut en avoir conscience, avertit Laurent Delafontaine. Par ailleurs, un tel projet se prépare : cela demande du temps et des ressources. » L’entrepreneur qui envisage cette stratégie de développement doit avant tout se poser les bonnes questions, s’assurer qu’il a les capacités humaines et financières pour se lancer et que son concept est duplicable.

– La Mie Câline

En moyenne, il lui faudra une bonne année pour préparer les outils indispensables au bon fonctionnement d’un réseau, comme par exemple un manuel opératoire ou encore un système d’information adapté au fonctionnement en réseau. Quant à l’investissement nécessaire, il se chiffre à plusieurs dizaines de milliers d’euros. Il servira à financer notamment l’accompagnement par un cabinet de conseil et d’avocats spécialiste de la franchise, ainsi que le recrutement en interne du personnel dédié à la formation et l’animation du réseau de franchisés.

Source: https://business.lesechos.fr/entrepreneurs/franchise/articles/0600840452058-devenir-franchiseur-la-force-du-reseau-pour-grandir-plus-vite-327794.php

Date : 15 Mars 2019

Articles similaires

My Sweet Immo

Sophie Richard : « Enfin, un guide pratique pour démocratiser le viager...

Lire la suite

Les Echos

Viager : 8 questions pour tout savoir avant de vendre La vente en viager...

Lire la suite

Femme actuelle senior

...

Lire la suite

Free WordPress Themes, Free Android Games